Le bureau des pleurs… ou des joies ! 15 juin

13h30-16h00, animé par Agnès Villechaise, Glenn Mainguy, Maylis Ferry, Sophie Duchesne et Hugo Canihac

Avec les témoignages de :

Camille Bedock est chargée de recherche (CNRS)​. Après les élections italiennes, elle a été invitée par Mediapart​ dans l’émission « grand débat » auprès de 3 autres personnes pour analyser la complexité de ces élections. C’est de cette expérience dont elle souhaite nous parler en particulier, elle va tenter de comparer le format de cette émission avec les habituelles émissions politiques. Notamment à travers la question de la prise de contact avec les intervenants, la durée des interventions…

 

Xabier Itçaina est directeur du Centre Emile Durkheim et directeur de recherche CNRS, il interviendra sur son expérience de recherche auprès des acteurs de l’économie sociale et solidaire, en prenant notamment l’exemple d’un travail mené avec Danièle Demoustier chercheure à Sciences Po Grenoble, sur le Pôle Territorial de Coopération Economique (PTCE) Sud Aquitaine.

 

 

Béatrice Jacques est maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Bordeaux et chercheuse au Centre Emile Durkheim, elle est spécialiste de la sociologie de la santé. Elle viendra discuter des difficultés de médiation avec les professionnels de santé.

 

 

 

Sarah-Jane Krieger, docteure en sociologie, est actuellement sous contrat post-doctoral (UMR Passages) sur un projet de recherche interdisciplinaire visant la lutte contre les micropolluants (REGARD). Dans ce cadre, elle est amenée à faire de la médiation notamment auprès des volontaires qui ont participé à l’expérimentation adhoc « Familles EAU Défi » mais également auprès des partenaires, porteurs et financeurs du projet.

 

Patience Le Coustumer sera plutôt du côté du bureau des joies, puisqu’elle nous parlera de l’intérêt que peuvent avoir les industriels à la recherche en sciences sociales et donc aux logiques de médiations que doivent mettre en place les chercheurs pour ces industriels. Mais elle nous mettra également en garde contre les dangers qui peuvent guetter les chercheurs dans ce cas là.

 

 

Sébastien Poulain a fait une thèse en sciences de l’information et de la communication, il travaille dans une entreprise en tant que post-doctorant, il doit donc faire valoir le point de vue des sciences sociales auprès de ses collègues au quotidien. Ce qui représente une expérience certaine de médiation !

 

Sina Schlimmer est docteure en science politique, elle est actuellement en post-doctorat au laboratoire Les Afriques dans le Monde et elle administre un projet collectif : FAPPA. Dans le cadre de son post-doctorat elle doit produire des « livrables » (des documents faisant le point sur l’avancement de la recherche) pour les non-universitaires parties prenantes du projet.

 

 

Vincent Tiberj est professeur des universités à Sciences Po Bordeaux et chercheur au Centre Emile Durkheim, ses travaux sur les élections font qu’il est très régulièrement invité par les médias pour traiter de ces sujets sensibles. Il doit donc sans cesse se confronter à la médiation des sciences sociales.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.